initiales-6.png

Disparitions de Marc Sayous et de Claude Lepagnez

Le CIJV a la tristesse de vous annoncer le décès de Marc Sayous. Marc, né à Oran le 23 décembre 1960, est parti à Cannes le 19 août 2021... Il est bien malheureux qu'avec cette période étrange que nous venons de vivre, les relations humaines se sont distendues au point où les nouvelles semblent ne nous atteindre qu’aujourd’hui. J'en suis bien affecté car j'ai entretenu avec Marc une relation devenue amicale durant les quelques années, de 2011 à 2015, lui comme Directeur, moi comme Président, où nous avons travaillé ensemble. Depuis son départ pour Artcena où il travaillait comme responsable de la documentation, nous avons continué à échanger de manière épisodique et nous sommes même revus à Paris. Mais Marc mettait parfois du temps à répondre au mail alors je ne me suis pas soucié lorsque mon dernier message, envoyé le 6 juillet, concernant un projet japonais sur lequel nous échangions et où je l'invitais à venir faire du tourisme en Guadeloupe où je pouvais le loger, est resté sans réponse...

Le CIJV doit à Marc la réorientation de ses activités lorsque nous n'avons plus eu à gérer la Maison Jules-Verne. Après quelque temps en retrait dans une modeste rue amiénoise où nous avions transféré le fonds documentaire et les archives du Centre, nous avons retrouvé une vaste salle que Marc a aménagée pour servir de lieu d'échanges, d'expositions, de conférences... au cœur de son important projet nommé « Les Imaginaires reliés ». Dans ce cadre, la Revue Jules Verne connaît une renaissance tant les connaissances éditoriales de Marc étaient grandes, avec une nouvelle jaquette, une mise en page moderne et un contenu précis. En parallèle, pour une mise en valeur de notre fonds, celui-ci est transféré à l'Université de Picardie.

Marc était en outre un artiste. Il développait un projet littéraire et artistique avec son épouse, la peintre iranienne Parmis Parki Sayous à qui nous devons la couverture du numéro 38 de notre revue. C'était un passionné de culture, un être passionné tout court, et un humaniste extraordinaire...

La maladie a aussi emporté le 28 décembre 2019 à Corbie, le plus ancien adhérent actif du Centre International Jules-Verne, Claude Lepagnez. Claude portait en effet la carte d'adhérent n°2 ! Durant près de 50 ans il a donc été membre puis administrateur, sans discontinuité, de notre association. Né à Amiens le 4 mai 1948, Claude était membre de nombreux organismes culturels amiénois et son visage était familier des réunions de toutes sortes dans cette ville. Nous avions tous les deux un lien plus intime puisque mon beau-père avait été en colonies de vacances avec lui lorsqu'il était moniteur avant de devenir professeur puis documentaliste, entre autres au Lycée Michelis, l'ancien Lycée de jeunes filles d'Amiens. Nous lui devons en lien avec cette fonction la publication par le Centre, en 1985 du Discours de distribution des prix au Lycée de jeunes filles d'Amiens. Il est aussi à l'origine de la publication en 1989 du Discours d’inauguration du cirque municipal d'Amiens, présentée et annotée par ses soins. Passionné par sa ville, Claude a écrit divers articles, entre autres, dans nos publications, dans le JV puis dans la Revue Jules Verne (dont il était membre du comité de rédaction), sur les rapports de celle-ci avec Jules Verne, son épouse, sa présence dans les romans etc.

Moins connu que ses travaux sur la ville d'Amiens et Jules Verne, signalons aussi que Claude Lepagnez a été l'élève du compositeur Charles Jay (1911-1988) et qu'en son honneur il a écrit le livret de la cantate Supplique et Réminiscence sur une musique de Rodolphe Pierrepont.

Alexandre Tarrieu

 

0
0
0
s2smodern